Football féminin 2019 – 2029

Justesse technique, intensité physique, occasions de buts à la pelle, résultat incertain jusqu’à la dernière seconde … La demi-finale de la Coupe du monde féminine hier soir entre les Etats-Unis et l’Angleterre a ravi tous les amateurs de football.

Très en vogue actuellement, le thème de la différence de niveau entre les footballs masculin et féminin ne s’est posée à aucun moment, tout passionné de ce sport ne pouvant être que transporté par un tel spectacle.

En effet, nous avons assisté à une partie dont les enjeux n’ont pas produit les tares que nous constatons avec consternation dans la plupart des matches de football masculin. Pas (ou si peu) de simulation grossière, de tentative d’intimidation de l’adversaire ou de l’arbitre, de manifestation de joie « larger than life ». Mais plutôt engagement maîtrisé, fair play et émotions contenues aussi bien dans la victoire que dans la défaite.

Projetons-nous dans 10 ans. Le football féminin aura rattrapé son retard en terme d’audience et de revenus publicitaires. Les meilleures joueuses se verront proposer des contrats à plusieurs dizaines de millions par années. Les enjeux dépasseront la dimension sportive pour devenir nationaux, économiques et politiques.

Et posons-nous une question qui me semble pertinente : le football féminin aura-t-il perdu de sa fraîcheur, de son enthousiasme, de sa beauté ? Verront-nous 10 joueuses entourer l’arbitre lors de chaque décision défavorable, des parties sclérosées par l’enjeu et la peur de perdre, des tirages de maillot lors de chaque coup de coin ? La simulation et l’agressivité deviendront-elles la règle ?

Je ne l’espère pas évidemment, mais je le crains. Et vous, qu’en pensez-vous ?